Les mesures de sécurités non respectées pour l’I love techno

la-situation-est-toujours-confuse-au-parc-expo-ou-des_1208993_667x333

Le plus grand festival indoor d’Europe annulé pour des raisons de sécurité.

« La commission de sécurité (…), après avoir par deux fois ces dernières semaines rendu un avis défavorable, a (samedi) constaté une nouvelle fois l’insuffisance des dispositions prises en matière d’issues de secours et de système d’alarme incendie du parc des expositions en rapport avec l’accueil en toute sécurité de 36.000 festivaliers », a indiqué samedi soir la préfecture de l’Hérault dans un communiqué, conduisant à l’interdiction du festival I love techno devant ce tenir le 13 décembre 2014 au parc expo de Montpellier.

En effet, ayant eu connaissance de ce communiqué, le maire de la ville de Pérols a rendu un arrêté d’interdiction du festival en fin d’après midi. Au départ, les organisateurs ont tenus tête et ont annoncé qu’ils maintenaient  l’événement, mais après une réunion de crise avec le préfet du Languedoc Roussillon sur le site, ils se sont inclinés et le festival a été annulé. Laissant ainsi 35 000 festivaliers sur le parking ( en bien piteux état après leurs passages). Le maire était soucieux avant tout, même s’il était favorable à cet événement, de ne pas payer les pots cassés.

Armal Campagna, le directeur d’I love techno a donc fait taire les rumeurs selon lesquelles le festival aurait quant même lieu et invita les participants à rentrer chez eux en s’excusant :  » on s’excuse mais on y peut rien, on fera mieux la prochaine fois ». Ce dernier, effondré,  avait tout de même doublé les effectifs de sécurité et vient pointer du doigt l’inefficacité de la commission de sécurité qui a prévenu trop tard des problèmes en cause, à savoir des problèmes liés aux issues de secours pas assez nombreuses pour 35 000  personnes et aux systèmes d’incendies et d’alarmes. La commission serait passée le jour même, ce qui ne laissait pas le temps aux organisateurs de se retourner. Cependant, elle avait déjà donné deux avis défavorables le 13 et 20 novembre dernier.

Tout cela vient appuyer le fait que l’on ne rigole pas avec les obligations de sécurité sur un festival, la sécurité des festivaliers passe avant tout. Mais que regroupe ces obligations? Elles sont de quatre types, la sûreté (bien souvent pris en charge par des agents de sécurité externes via des entreprises de sécurités privées), la sécurité des individus travaillant sur le site (articles du code du travail), le plan incendie dont ici il était question et le dispositif prévisionnel des secours pour ce qui concerne la prise en charge médicale. Pour la sécurité incendie, elle découle du code de la construction et de l’habitation mais aussi du règlement de sécurité incendie du 15 juin 1980 modifié. Pour ce point, les organisateurs doivent remplir un dossier de sécurité qui informe des mesures prises le maire et le préfet de la commune. Ensuite, la commission de sécurité va prendre des rendez-vous avec ces derniers en évaluant les plans et en visitant le site, puis rendra un avis favorable ou défavorable sur l’accueil sur le site qu’elle enverra à la mairie pour l’informer.  C’est juste un avis qui va permettre au maire de prendre un arrêté soit d’interdiction, comme en l’espère, soit d’un arrêté d’ouverture.

Les ERPs (établissements recevant du public), comme c’est le cas du parc des expositions de Montpellier , 15 000 m2 environ, ERP 1ère catégorie (c’est à dire au dessus de 1500 personnes) , du type LTPXN (référence aux classifications des ERPs), connaissent des règles précisent en matière de sécurité que cela soit au cours de la construction mais aussi au cours de l’exploitation. Ces mesures sont prises en fonction de la nature de l’évènement, du nombre de personnes, de la surface et du type de construction. L’évacuation rapide de la totalité des participants doit être prévue, via un nombre de sortie de secours  adéquat, des voies libres sur le côté et des moyens et des accès réservés à la lutte contre l’incendie. Mais aussi avoir un dispositif d’alarme,  des moyens de lutter contre les incendies et d’un service de surveillance. C’était ce point qui faisait défaut compte tenu d’un trop grand nombre de festivaliers pour un lieu inadapté au chiffre de 35 000. et ce, même si l’équipe de surveillance a été augmentée.

La conformité à ces règles s’effectue lors de la construction de ces établissements mais aussi en cours d’exploitation, via, entre autre, la commission de sécurité. ce qui était le cas en l’espèce. Son rôle est de fournir une aide technique à l’administration. Elle se compose de représentants de différents ministères et de personnes compétentes dans divers domaines. Elle donne son avis sur toutes les questions relatives à la protection contre l’incendie et les risques de panique dans les ERP et elle est consultée sur les projets de modification du règlement de sécurité.  Lorsqu’elle constate des manquements  sur certains points, elle peut proposer des mesures annexes pour compenser la situation, ce qui a du être le cas pour le festival I love techno, cette dernière ayant rendu plusieurs avis.

 Textes de références et sources :

 

Marie-Charlotte BANNEVILLE

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :